Page:Nadaud - Chansons, 1870.djvu/163

Cette page n’a pas encore été corrigée



Dieu ! quel gâchis ! quel étrange amalgame !
Comment va-t-on les retrouver demain ?
J’ai vu Nadaud composant un gros drame,
J’ai vu Hugo la truelle à la main.

Chacun des deux, par un échange honnête,
De son confrère avait pris la façon :
L’un bâtissait des murs comme un poète,
L’autre faisait des vers comme un maçon.

Pourtant, je vis aussi, je le confesse,
Des citoyens plus dignes de ce nom,
Loin de la foule, ainsi que la sagesse,
Loin des excès, comme on peint la raison.

Ils étaient peu, mais grande est l’espérance
Qui les soutient à travers les partis ;
Je saluai l’avenir de la France,
Et, tenant bien mes poches, je sortis.

En franchissant cette enceinte sonore,
Je vis, flairant la salle des élus,
Émile, et ceux qui n’y sont pas encore,
Avec Armand, et ceux qui n’y sont plus.

Dansez, sautez : le carnaval commence ;
Ouvrez la Chambre et fermez l’Opéra ;
Déguisez-vous, députés de la France,
Déguisez-vous, et l’on vous aimera.