Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


LivY 85

et fous crache à la ficure. Et le coufernement qui est avec eux, et la bolice qui aite aux chens. " Lévy l'interrompit, avec circonspection :

— " Allez donc en Roumanie et en Russie, Sarah, Monsieur vous le dira, c'est encore pire que par ici. Et puis il faudrait penser à dîner. "

La jeune femme au nez maigre, qui n'avait rien dit, rentra dans la cuisine, en refoulant la vieille. Le Voyageur s'assit, carrément. Et de nouveau il sentit des yeux immobiles qui le regardaient, quelque part, fixement. Il ne pensait plus aux enfants. Mais il savait où les retrou- ver. Il se retourna. Les quatre yeux noirs s'ouvraient toujours à la même place.

— " Hé, les mioches ! On n'a pas eu peur ?

Les mioches ne bougeaient pas. Les yeux ne se baissè- rent pas. Le petit boutiquier soupira.

— " Ils sont habitués. Quand ils vont à l'école on leur jette des pierres, on leur déchire leurs livres et leurs habits. C'est un bien grand malheur pour nous que cette AflFaire !

— " Attendez ! ne les envoyez plus à l'école, ça passera.

— " Il faut qu'ils étudient. Qu'est ce qu'ils feraient dans le monde s'ils n'avaient pas d'instruction, dites ? Avez- vous appris vos leçons, les petits ? "

Un des petits, sans parler, inclina la tête. Lévy se retourna vers le Voyageur.

— " Je ne vous ai pas présenté ces messieurs ? C'est à cause de tout ce tintamarre. — "

Il eut l'air d'hésiter un moment. Puis les taches de son de sa figure virèrent au violet, sa peau ruissela comme une éponge.

�� �