Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


82 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— " Ouvrez les robinets. Remplissez les brocs. Moi je vais là. "

Il prit son revolver et pénétra dans la boutique. La chose se passa vite et avec une grande simplicité. On entendit une voix grave dans la nuit :

— " Le premier qui entre, le premier qui lance quoi que ce soit par cette ouverture, je lui envoie une balle dans la tête. Je ne suis pas un Juif, mais je ne tiens pas à crever ici comme un chien. "

Le séminariste dégringola avec célérité d'une position par trop exposée. Il y eut un remous dans la foule. Alors le Voyageur fut visité par une inspiration. Il s'ap- procha de la porte et en mania le loquet intérieurement.

Puis à haute et intelligible voix :

— " Les gendarmes, avec moi ! Prenez garde aux vélos. "

Le bruit du loqueteau et la résonnance très timbrée de cette voix produisirent une impression prodigieuse. Quel- ques galops de semelles sonnèrent, en s'éloignant, sur la chaussée. Ce fut le signal de la débandade. Une voix prudente cria :

— " Vive l'armée ! vivent les gendarmes ! "

La foule reprit avec d'autant plus de coeur qu'elle était envahie par la venette. Un malin, qui était peut- être un policier, saisit la situation au bond et ajouta :

  • ' A la Caserne ! Allons saluer les petits soldats ! "

Ce fut la vanne levée qui vide un étang. La masse s'ébranla. On en perçut la longue houle contre les volets de la boutique, derrière quinze millimètres de bois. Le grondement des conversations pacifiques se mêlait à la vibration clapotante des pieds sur le sol. On ne pensait

�� �