Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 793

Après tant d'autres, Geneviève Tellier rêvait d'être véritable- ment la " moitié " de l'homme qu'elle aime ; elle se flattait, mieux qu'une autre, d'y réussir. Plus elle a d'ingéniosité, d'énergie, d'exigence, de valeur et de dignité, mieux elle se sentira rejetée, diminuée, frustrée, plus amèrement elle savou- rera l'affreuse solitude conjugale. Ici point de revendication féministe, point de théorie sur le " droit au bonheur ". Dans toutes ses tentatives Geneviève n'a souci que de son amour. Ses échecs ne la laissent meurtrie que parce qu'ils lèsent dans son cœur un amour vivace.

" Ce n'est pas une question de droit, c'est une question d'amour ! "... Ainsi s'exhalait la plainte, incomprise ou mécon- nue, d'une autre femme malheureuse. IJ Associée de Lucien Muhlfeld est comme une réplique à V Amoureuse de M. de Porto-Riche. En suivant Geneviève Tellier dans ses démarches hasardeuses, il est impossible de ne pas penser à Germaine Fériaud. On dirait qu'elles se sont connues, que l'une a voulu profiter de l'expérience de l'autre, et sa faillite est d'autant plus lamentable. Geneviève et Germaine diffèrent entre elles autant que sont dissemblables l'un de l'autre Albert Tellier et Etienne Fériaud. Elles n'ont pas reçu la même éducation, elles ne sont pas entrées dans le mariage et dans la vie avec les mêmes idées. Leurs tempéraments sont tout à fait opposés. Mais, au fond, leur aspiration est la même, leur erreur est identique. Elles sont malheureuses parce qu'elles n'ont rien voulu céder de cet absolu où elles plaçaient la raison même de leur amour, et que la vie leur arrache par lambeaux. " Le mariage serait délicieux s'il durait " — explique le parrain de Geneviève. Hélas ! on ne vit pas en mariage, on vit en ménage. Le mariage est un acte ; on peut l'accomplir dans la fougue du sentiment même qui vous entraîne : car un acte est instantané. Mais le ménage est un état ; c'est même un état perpétuel et qui subsiste après qu'on s'est réveillé de tous les rêves. Le ménage n'a aucun rapport avec le mariage. Et tous les fiancés confondent l'un

lo

�� �