Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


PROLOGUE 787

ombre comme de l'or condensé et comme une ppcide pleine de manne !

VIOLAINE. — O maître Pierre, le beau

vitrail que vous avez donné aux moines de Climchy !

PIERRE DE CRAON. — Le verre n'est pas de mon art, bien que j'y entends quelque chose.

Mais avant le verre, l'architecte par la dispo- tion qu'il sait

Construit l'appareil de pierre comme un filtre dans les eaux de la Lumière de Dieu,

Et donne à tout l'édifice son orient comme à une perle.

(M ARA VERCORS est entrée et les observe sans quils la voient.)

— Et maintenant adieu ! Le soleil est levé, je devrais déjà être loin.

VIOLAINE. — Adieu, Pierre !

PIERRE DE CRAON. — Adieu ! Violaine !

VIOLAINE. — Pauvre Pierre !

(Elle le regarde^ les yeux pleins de larmes^ hésite et lui tend la main. Il le saisit et pendant qu'il la tient dans les siennes elle se penche et le baise sur le visage.

�� �