Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


PROLOGUE 763

femme que j'aie touchée. Le diable m'a saisi tout d'un coup, qui profite de l'occasion.

VIOLAINE. — Mais vous m'avez trouvée plus forte que lui !

PIERRE DE CRAON. — Violaine, je suis ici plus dangereux qu'alors.

VIOLAINE. — Allons-nous donc nous battre de nouveau ?

PIERRE DE CRAON. — Ma seule présence

par elle-même est funeste.

(Silence.)

VIOLAINE. — Je ne vous entends pas.

PIERRE DE CRAON. — N'avais-je pas assez de pierres à assembler et de bois à joindre et de métaux à réduire .

Mon œuvre à moi, pour que tout d'un coup Je porte la main sur l'œuvre d'un autre et con- voite une âme vivante avec impiété ?

VIOLAINE. — Dans la maison de mon père et de votre hôte ! Seigneur ! qu'aurait-on dit si on l'avait su ? Mais je vous ai bien caché.

Et chacun comme auparavant vous prend pour un homme sincère et irréprochable.

�� �