Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


696 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

tranquillité, au plaisir de boire, étendu dans un confor- table fauteuil, une citronnade acide. Des brumes, subtiles comme une mousseline, enveloppent les montagnes du Kassam, devant moi. La nuit ensuite se fait, insidieuse et subite, où le concert des hyènes, incontinent, s'élève, nourri, errant, tout proche. Le ciel, comme il le fut hier, comme il le sera demain, est admirable. C'est pour lui seul qu'après le dîner, je m'attarde autour du campement dont les flambées rougeoyent. Dans la nue splendide, la Grande-Ourse et la Croix du Sud s'affrontent ; déjà, il semble que cette dernière pâlisse et décline à l'horizon. Comme je m'écarte, un homme me rattrape, me fait signe de ne pas aller plus loin. Je cède à regret et rentre dans la tente. Les bougies répandent une lumière vacillante ; le mât qui soutient le toit fait sur la muraille de toile une ombre mince, qui tremble. Délice, enfin, de s'allonger sur le lit trop court : prompt et généreux sommeil de la brousse où l'on plonge tout aussitôt, ainsi que dans une eau qui, sans bruit, se referme sur vous...

(Â suivre.) AndrÈ Ruyters.

�� �