Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


658 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Celle-là qui sera la tienne Te donnera de nouveaux yeux Sans ayoir fait lever les miens.

Pourtant^ de loin en loin viendront Comme il en est venu déjà Des nouvelles assez puissantes Pour posséder toute une ville Tout un pays et transfigurer Tous ses hommeSf tout un Jour plein.

Pendant un jour dans ce pays Les gens entre eux ne seront pas Ou presque pas des étrangers.

Mais un pays n^est qu'un pays...

Mais le soir avant de dormir^ Chacun retiré dans ses murs Sentira renaître en lui-même U avide souci de la veille.

Sentira renaître et dominer D^un bourdonnement grandissant U essaim de ses menus destins.

Même, qui sait, quand lui viendra

Le souvenir de la nouvelle.

Il en ressentira peut-être

Un peu de honte et de cotire :

Il pensera qu'il a perdu sa journée

A badauder et s^ enivrer

Avec des gens qu'il ne connaissait pas.

�� �