Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


649

��PROPOSITIONS

��A l'occasion de son centenaire on a beaucoup parlé de Théophile Gautier, et singulièrement déme- suré son importance.

Je ne reproche point à Gautier cette doctrine de " l'Art pour l'art ", en dehors de quoi je ne sais point trouver raison de vivre ; mais d'avoir réduit l'art à n'exprimer rien que si peu.

Je ne lui reproche point d'avoir proclamé roi le poète, mais au contraire d'avoir si misérablement rétréci son domaine ; ni d'avoir farouchement aimé livre ou poème, mais au contraire de leur avoir pré- féré le tableau.

Je lui sais gré d'avoir honni l'art utilitaire, mais je ne puis lui pardonner de n'avoir reconnu qu'utilitaire la pensée ; ou de ne l'avoir pas connue du tout.

Je ne lui reproche point d'avoir uniquement voulu écrire de belles œuvres ; mais bien d'y avoir si mal réussi.

Je ne lui reproche point d'être immoral, mais au contraire d'avoir peint l'immoralité plus sotte encore et plus ennuyeuse que la vertu. Oui, je reproche à cette immoralité d'être d'aussi piètre ressource. Son indulgence n'est qu'apathie.

L'ennui, le dédain du réel, du présent, la mécon-

I

�� �