Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES " ^ 9

entendre. Cette tare lui est commune avec nombre de critiques formés par l'Université. Capable de la plus fine et de la plus large compréhension dans le domaine classique, grâce au recul des temps et aux travaux d'approche de ses devanciers, il erre complètement dans l'examen des ouvTages de son époque. Il appartient en outre à cette classe d'essaj-istes qui ne savent pas se prendre à la beauté des mots et des images et qui ne se trouvent à l'aise que sur le terrain desséché des faits psychologiques. On doit se méfier de lui même quand il s'avise de juger les œuvTCS d'art du siècle qu'il connaît le mieux et dont il parie avec le plus de joie, le XVIII""*. De l'œuvre d'art il se tiendra toujours distant. — Mais quand il s'agit d'un portrait d'écrivain, d'une biographie comme celle qu'il nous présente, il nous est loisible de l'ap- prouver : il est chez lui, il bat son plein, et son talent, aucunement pédant du reste, nous apparaît comme mieux qu'estimable. Il faut lui savoir gré ici d'avoir laissé parler les faits, de n'y avoir mêlé que le minimum nécessaire d'explica- tions personnelles. Il existe trop de contradictions dans les documents que nous possédons sur Rousseau, — à commencer par ceux que Rousseau rédigea lui-même, dans les Confessions, dans les lettres, dans les pamphlets de Voltaire, dans les Mémoires de Madame d'Epinay, pour qu'un biographe ne soit pas tenté, à la faveur de la querelle, de prendre le rôle important, celui de juge d'instruction, de grand juge. M, Faguet nous a épargné ses réflexions et ses doutes, ses con- frontations préliminaires, ses enquêtes ; nourri de son sujet, il nous propose ses conclusions, sans affecter une trop grande certitude, sans se perdre non plus dans un dédale de suppo- sitions gratuites. Il ne montre aucun parti-pris, ni pour Rousseau, ni contre. Il ne consent pas à accepter en bloc les Confessions, et non plus il ne les rejette. Il éclaire Jean-Jacques tantôt par le dedans, tantôt par le dehors. Et il atteint ainsi à un extraordinaire accent d'impartialité, de véracité, de justesse. Quelle vie extraordinaire, quand on la parcourt d'un coup d'oeil ! Le caractère de Jean-Jacques, dans le caprice des aventures qu'il traverse, dans l'incoordination de ses mœurs,

�� �