Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


délices de l’estomac, et, enfin, de charité à faire à un croyant dans la misère.

Comme le tapage du mendiant pouvait attirer du monde, je mis la main à la poche et, me hissant sur la pointe des pieds, je lui tendis un doublon d’or. Je n’avais pas le temps de chercher une monnaie de valeur moindre et d’ailleurs, je doutais fort que j’en eusse sur moi.

Le vieillard s’éloigna après force salams, en riant d’un air malicieux, sans m’offrir une pastille, mais en m’assommant de remerciements sonores qu’à part moi je maudissais de tout mon cœur tout en souhaitant qu’ils s’achevassent.

À peine le mendiant avait-il disparu, que Zambinelli revint, l’air mystérieux.

— La route est libre, Excellence, sou£3a-t-il dans le soupirail.

Je le rejoignis d’un bond.

— Eh bien ?

— Eh bien. Altesse, le renégat consent à l’entrevue, mais Votre Seigneurie comprend, il sied de récompenser ce brave homme mieux que je n’ai su le faire. Ah ! et puis, il a avec lui un assistant eunuque dont on n’a pu se débarrasser. Dix piastres suffiront pour lui fermer les yeux.

— Et Giula ?

— Giula est là, monseigneur, elle vous attend. Elle s’est parée pour vous de ses plus beaux atours.

Que m’importait l’argent ? N’allais-je pas voir l’objet de mes désirs, le rêve vivant de mes nuits, le mirage de mes veilles !

— Vite, allons ! dis-je au Vénitien.

Et nous pénétrâmes dans le jardin.