Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 485

les pages qui viennent de paraître d'émouvants élans de pas- sion et une sorte d'étrange poésie. L'absence de souci littéraire et la destination même de ce Journal en excusent l'inégalité ; à côté des mouvements d'une âme ardente et haute, il arrive qu'on rencontre des plaintes de vieille fille aigrie et jalouse, et qui pourtant sont touchantes : " Les belles choses, les jolies choses, les étranges choses que je viens d'apprendre, les soup- çons odieux qu'on a sur mon compte... " Ces faiblesses mêmes achèvent de dessiner une image d'Eugénie de Guérin plus concrète, plus vivante, plus humaine que celle à quoi nous étions accoutumés.

Comment définir cependant le malaise contre lequel nous ne parvenons pas à nous défendre ? " Je viens de Valentino. Septuor de Beethoven, admirable musique, et cependant je ne suis pas aussi charmée, aussi étonnée que je l'aurais cru. Nous n'aurons donc d'étonnement qu'au ciel ; il n'y a de beau que ce que l'œil n'a pas vu... " C'est bien là ce qui nous éloigne de la noble fille. La vie ne l'intéresse point ; elle s'en détourne ; elle regarde ailleurs. Nous lui en voulons de n'avoir pas su regarder en son frère ; nous lui en voulons de n'avoir point la force d'esprit qui ferait de son spleen une passion exaltante et amère. " Lu dans ma solitude du salon le voyage de Lamar- tine. Fait de la tapisserie, ouvrages aussi insignifiants l'un que l'autre. Il me fallait du plus saillant, du plus pénétrant, du plus puissant pour me distraire. Jérusalem ne m'a pas ôtée de ma chambre. " Lorsqu'elle se plaint de l'insatisfaction du coeur, elle ne manque pas de nous émouvoir, mais lorsqu'elle se plaint de l'ennui, elle nous ennuie. J. S.

��MOLIÈRE selon M. Maurice Donnay (Arthème Fayard).

Nous aurions mauvaise grâce à réclamer de M. Maurice Donnay conférencier, les vues originales et à longue portée d'un maître essayiste, le tracé mordant et définitif d'un histo- rien de profession. La qualité principale du tendre et spirituel auteur d'Amants, est aisance, désinvolture ; il n'enfle pas la

�� �