Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


472 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Ils virent devant eux le sol brusquement interrompu. On aperçut l'entablement supérieur, en pierre méthodi- quement taillée, du mur de soutènement contre lequel s'adossait le talus ; plus bas, son plan vertical semblait se creuser en rentrant, et laissait la section en surplomb au- dessus d'un débordement de ronces et d'orties réduites, par la hauteur, à la taille des petites herbes. Ce ne fut ni long ni mélodramatique.

— Halte !

criait le lieutenant.

— Halte !

répétaient à s'égosiller les sergents.

— Bougre de nom de Dieu !... Saute !

fît un des hommes en donnant un brusque coup d'épaule. Il ouvrit largement les deux bras ; il tenait son fusil dans son poing, droit comme un cierge. Il apparut un instant, recroquevillé dans le ciel, ses jambes ramenées sous lui, le buste rejeté en arrière, un long cri lui sortant de la gorge. L'instant d'après ce n'était plus qu'un tas de drap rouge et bleu en train de se dépêtrer dans les broussailles avec des bonds de veau dans un champ de blé vert. Mais cela ne prit pas deux secondes. Un éclat de rire aigu monta le long du mur vertical. Et déjà ils étaient dix qui se lançaient, le buste en arrière et un long cri au fond de la gorge.

— Halte !

Hurlait le lieutenant, et, se baissant rapidement, il en attrapa un par sa patte d'épaule.

L'homme se dégagea. Il était rouge et surexcité.

— Saute !

Il se lança. Mais son geste avait fait perdre l'équilibre

�� �