Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


^68 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

au lieutenant en engueulant à pleine gorge trois ou quatre de ses voisins dont l'ironie n'était pas restée dans les bornes du respect dû à la couleur de ses foies.

Le cavalier n'en omit aucun, les plus renfrognés virent passer sur eux sa clairvoyance silencieuse. Quand il eut bien fini, il sentit probablement que l'œuvre était plus qu'à demi achevée et s'équilibra sur ses reins.

— Debout !

La section rassérénée fut sur ses pieds en moins de temps qu'on n'aurait pu le supposer.

— Tu vas voir si on n'est plus capable d'en mettre, mon gaillard !

Dit assez haut le rôtisseur en adressant au chef des clignements d'yeux de connivence.

Un ordre inattendu comme un coup de fouet signifia qu'on passait à un autre genre d'exercice. On se mit à quatre pas en tirailleurs. L'individu retrouva son isole- ment, mais pour mesurer le peu qu'il serait s'il devait effectivement rester seul, " en cas, " se dit Orillard, " que ça viendrait à barder pour de bon."

Ils avancèrent par foulées dans l'herbe jaune. Une drôle de battue qui s'étendait sur un demi-kilomètre de large. Le fusil à la main, on s'aplatissait et on progressait comme pour une chasse étrange dont le gibier exigeait la concordance urgente de toutes les volontés, et un formi- dable déploiement^de silence angoissé. On vit des échines se baisser, des yeux s'hypnotiser sur une butte de tir der- rière laquelle pouvait bien se dissimuler ce qu'on redou- tait. On vit des gauches un peu nerveuses prendre, à la dérobée, l'arme par île canon, dans des intentions singu- lières. Le sang'jchasseur et ^homicide courut dans les

�� �