Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


392 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Que pour l'Epousée de vêtir sa robe de nous ? Où tu le veux emportée sur tes ailes tempé- tueuses,

Ce n'est plus là servir ! Mais oh,

Puis-je donc endurer cette

Flamme et vivre,

Pour cela qui fait que tu m'aimes, bien pure ? "

" Blâme le Dieu lui-même

Si tout, autour de lui, éclate en flammes inextin- guibles.

Sachez, ma bien aimée.

Que votre beauté sans tache n'a point sa com- paraison dans la neige.

Mais dans l'intégrité du feu !

Quoique vous soyez, douce Amie, je le veux pour moi.

Un triste Dieu vraiment.

Qui se contenterait à moins que tous les Royaumes

De l'Amour en leur puissance qui sont trois ! "

" J'ai grande admiration

Que toi, le plus grand des Pouvoirs supérieurs.

Me visites avec cette amour excessive !

Qu'est ceci

Moi, néant, un Dieu me fait nécessaire à sa joie

Et humblement attend la faveur de mon baiser.

Ah, toutes les légions de tes serviteurs

�� �