Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


POÈMES 391

Jusque je sois toute pleine De toi, comme la coque l'est de son papillon ! — Mais comment me guider et cueillir Un bien si pur sans profane délectation ? Comment savoir si mon Amour est bien ce qu'il me semble ? Donne-moi un signe Que dans la picéenne nuit Vient à ma couche un immortel Epoux, Et non point un démon sous d'heureuses touffes

Cachant les gouffres de l'Enfer, De palmes et d'asphodèles ".

" Celui-ci :

Sous votre sein, ma mortelle Aimante,

Immortelle par mon baiser, sens-tu

L'élancement de cette peine exquise ?

Un démon, ma Psyché, vient avec une joie stérile.

Mais les embrassements jamais d'un Dieu ne sont en vain.

" Je contiens

Une vie qui n'est point la mienne en ma zone dorée !

Mais comment

S'est-il fait une chose moins incommode

De te passer ta règle difficile.

�� �