Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


390 l'A NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Qui VOUS apprit comment amorcer pour les Dieux votre lit ? Ah, Psyché,

Ainsi vous n'aviez idée aucunement

Que mon désir n'était que de me faire prendre ?

Folle, ce n'était point vous, mais moi

Qui faisais cette cour si passionnément.

Et pour votre beauté, non sans blessures, j'ai combattu

Avec Hadès, avant que chez vous j'eusse une pensée seule à moi. "

" O mon céleste Amant, bien sûr. Ceci, est-ce ta bouche qui presse mon front, Sont-ce tes bras qui s'attachent autour de ma poitrine.

Là où s'unissent deux cœurs par leur union mieux distincts ?

Par toi et par ma ceinture virginale effleurés Quels sombres, vastes espaces de vie tout-à- coup

Brillent, comme des rayons de lune Sur une mer qu'un rêve délectable agite ^ Ah, ne fais point le mouvement de partir ! Baise-moi, qui suis ta Femme et ta Vierge, encore !

O Amour qui comme une rose ombrages Mon cœur dans une plantureuse tranquillité. Embrasse-moi encore et tiens-moi bien tout autour de mon cœur.

�� �