Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


35^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

ser un grand nombre de ces salles avant d'arriver à celle où sur le lac central (celui que la reine de la neige appelait " le miroir de l'intelligence,") je trouvai le petit Kây. Le ciel se reflétait dans la glace lisse et transparente. On voyait deux fois les étoiles pâlies par une violente aurore boréale qui répandait sur le visage de l'enfant l'éclat excessif et faux des feux d'artifice. Il s'agitait comme une fourmi à traîner de-ci, de-là des blocs de glace plus grands que lui-même. Point étonné de ma présence, il me cligna de l'œil. " Je fais une patien- ce, dit-il, mais puisque te voilà, tu pourrais la finir. Et d'un bond il disparut."

A l'état de rêve, des choses profondément enterrées sous notre raison, parfois se dégagent.

La foi au miracle, toujours réclamé par notre irréductible entêtement au bonheur, se réveilla en moi comme une sorte de folie. J'en arrivai à savoir que je rêvais tout, excepté cela qu'il y avait une formule magique, que je devais la trouver par le moyen de ces blocs. Je me mis à les retourner, et chose incroyable, je parvins à en réunir deux, qui se trouvèrent aussitôt comme soudés ensemble. Mais déjà je ne réussis plus à adapter le troisième. Il dérapait, pivotait sur lui-même, glissait et m'échappait comme s'il eût été mu par un ressort secret. Pendant un temps très long, je m'acharnai en d'invraisemblables efforts. La fatigue finit par me paralyser les bras. J'eus alors un accès de déses-

�� �