Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


Je ne peux cependant désavouer leur zèle,
Car tu les prends, tu les pèse, tu les retiens
Et les ranges dans ta mémoire,

Oh, combien j'ai dû te flatter !
Je te vois grandir d’instant en instant.

J'en suis puni, pas assez, sans doute…
J'ai mérité de durs châtiments :
J’ai mésusé du bruit, tu me le prouves
Et m'en fais pâtir cruellement.

Tu n’es pas un homme vulgaire
Tu n’es pas non plus un héros…
Mais escaladant aussitôt
Le piédestal de gloire fraîche
Que je viens de t’improviser,
Tu m’éblouis avec l'éclat de mes présents,
Tu m’intimides tout à coup
Et m’écrases de tant d’orgueil
Que je voudrais rire et pleurer.