Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 271

géographie et l'histoire avec le plus imperturbable dédain, telle fut son habitude.

M. Berret oublie ici la puicsance de visionnaire du poète, et sa certitude dans la reconstitution. Qu'il ait commis de nom- breuses erreurs de détail, cela importe peu, car il faisait dans les dictionnaires ses enquêtes un peu au hasard. M. Berret voit cela par exemple, à propos de l'Italie ou de l'Espagne.

Un jour Hugo compile dans Moreri une série de noms et de faits en consultant à la suite les colonnes de la lettre V ; une autre fois, il extrait dans ses notes tout le détail de l'article Malespine. Ailleurs, il exécute une course en zigzags de Bilbao à Léon, Galice et Biscaye, et relève, sans s'en apercevoir, chemin faisant, des noms qui appartiennent à l'Amérique ! Souvent ses notes forment un vers. Le dictionnaire dit :

Urbain V, François, natif du domaine de Mende en Gévaudan.

Victor Hugo note :

Cet Urbain V, natif de Mende en Gévaudan ;

Verceil, Conciles. Jean-François Bonhomme, évêque de cette ville, y tint un synode en 1575.

Cela devient :

Sieur Jean- François Bonhomme, évêque de Verceil.

Ce travail est une importante contribution à l'étude critique de l'épopée hugoUenne. Il n'empêche pas que le Petit roi de Galice ou Aymerillot ne demeurent des chefs-d'œuvre."

��La Petite Gazette Aptésienne du 9 juillet publie quelques fragments du " livre des odelettes " de M. Jean-Marc Bernard. Voici l'ime des plus jolies :

" Sèche tes yeux, enfant chérie ; Il faut nous consoler un peu. Que ta bouche encor me sourie Avant notre dernier adieu.

��Je voudrais dire quelque chose Pour que l'instant fût adouci ;

�� �