Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et que tu prendras des sabots
Pour n’avoir pas froid, cet hiver.…

C^est vrai, tu existeras encor cet hiver !

Eh bien, ne t'embarrasse pas
De mon souvenir superflu.

Pour moi, fixant dans les rochers
La hampe d’un drapeau perdu.
Je vais cingler loin d’une terre
Où jamais je ne viendrai plus.

Et pourtant, l'hiver à venir.
Quand tu seras seul sur les routes.
Quand tu seras seul en voiture.
Avec deux cris de bise aux joues,

Je sens qu’il y aura quelqu’un
Tout près de toi, dans ta voiture.