Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


EXPOSITION CHARLES COTTET (Galeries Georges Petit).

Cinq cents tableaux ou études résument ici l’œuvre entier de l’artiste en une manifestation imposante par sa tenue, son unité, sa sévérité. Quels que soient les curiosités de son œil et les appétits de sa sensibilité, d’un bout à l’autre de la carrière de M. Charles Cottet ou suit la démarche d’une volonté que rien n’égare et qui va s’ aggravant avec les années, l’expérience, et le sentiment de plus en plus impétueux, de plus en plus maîtrisé, de sa force et de ses moyens. C’est, en ce temps, un rare exemple, M. Charles Cottet semble avoir toujours considéré, avec une sagesse inaltérable et peut-être un peu narquoise, les incertitudes ou les excès de ses contemporains. Il n’a jamais participé, lors même qu’il leur accordait une sympathie véritable, aux agitations esthétiques qui se produisirent autour de lui. Capable de tout comprendre, il eut cependant la prudence de se tenir à l’écart. Mieux que les théories, son instinct l’avertissait. D’emblée sa voie lui fut révélée ; et l’amour de l’étude, la connaissance des maîtres anciens, le choix de sa culture, l’exigence de ses scrupules préservèrent sa personnalité qui est une des plus fortes, des plus victorieuses d’aujourd’hui. Elle n’abdique sous aucun prestige, ne s’amollit sous aucun climat. D’où qu’elle tire son inspiration, elle lui reste supérieure. M. Cottet, observateur rigoureux, absorbe l’objet plutôt qu’il ne s’y soumet et le réduit aux sommations de son tempérament. Il sait ce qu’il a à dire et n’aura pas besoin d’un grand nombre de compositions pour l’exprimer. Sa recherche tourne autour de quelques motifs et ne vise qu’à les approfondir. La voix qu’il écoute au fond de lui-même n’a point changé d’accent depuis ses jeunes années. Il est déjà tout entier daii^ ses premiers tableaux : attentif, mesuré, sympathisant, vigoureux et tragique. Et si nous voyons que ses récents efforts tendent vers plus d’analyse et de souplesse, ce n’est point qu’il cède à des caprices d’impressionnisme, c’est