Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


230 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

SCÈNE SIXIÈME

LES MÊMES, UN MOINE, UN PAUVRE

Le Père Supérieur. — Qu'est-ce là ?

Le Moine. — Mon Père...

Simon. — Tout-à-l'heure, mon ami, tout-à- l'heure. Qu'on nous laisse tranquilles pour l'instant! Nous sommes occupés, nous avons de l'ouvrage, allez-vous-en. Allons, allez-vous-en !

Le Père Supérieur. — Simon !

(Simon se retire à V écart)

Le Père Supérieur (au pauvre) — Parlez sans crainte, mon fils, vous êtes ici chez vous.

Le Moine. — Il dit qu'il est sans travail depuis deux semaines.

Le Pauvre. — Deux semaines et un jour, mon Père, c'est la vérité du Bon Dieu. Vous savez, depuis la guerre, il ne manque pas d'usines qui sont restées fermées, ou alors, au lieu de cinq cents ouvriers, c'est cinquante qu'il en faut, et pour ne pas les laisser à jouer aux dés devant les machines pleines de cambouis, on en renvoie quelques-uns tous les jours, par petits tas. Et puis, moi, dans toutes ces batailles là-bas, j'ai peut-être appris à déchirer des cartouches, mais j'ai oublié comment on fait pour assembler des mortaises. Bref, voilà, j'ai faim.

�� �