Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


POÈMES EN PROSE I79

O je dis î je dis : la vie est manquée, carj*ai choisi.

— Je ne me mettrai point à être heureux ici. (Cœur exigeant, oui, difficile.) Je me refuse à être heureux ici !

Et que fais-je ? qu'attendre. — je ne sais quoi ; que ressentir studieusement mon ennui.

Et je m'étends pour rêver. O ! paresseux et chimérique.

O mes récréations (mes seules ivresses) : rêves ! où je me délivre, qui me sont l'ouverture de l'es- pace, un départ, la sortie de ces saisons ici, — le dépaysement.

Rêves ; et ma méditation de toute votre fable, voyageurs !

Et voici des images, pour l'enrichissement du désir, voici des musiques; et je m'enchante avec ce mot : ailleurs.

Différences : ô saveurs ! que je devine — Je me fais idée...

Je vous veux ! étonnements.

Il est telles minutes — Etroite colère du désir !

Quand soudain j'éprouve ma captivité. Quand tout-à-coup je ne peux plus durer ici. Il est d'en- thousiastes instants de larmes !

Et puis ces vastes battements de cœur : j'aime ! là-bas j'aime, ô choses inconnues... je m'émeus, à

�� �