Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 143

Sieur d'Ablancourt A Paris chez Charles Osmont dans la Grand'Salle du Palais, du costé de la Cour des Aides, à l'Ecu de France. M DC LXXXI

Liv. L Ch. 2.

J'entreprens un ouvrage plein de grands événements, de guerres, de divisions, de cruautez, mesme dans la paix. On y voit quatre Empereurs mourir de mort violente, trois guerres civiles, mêlées de plvisieurs étrangères ; la fortune favorable en Orient et contraire en Occident, rillyrie en désordre, les Gaules chancellantes, l'Angleterre conquise et perdue, le Rhin soulevé, le Danube ensan- glanté de nos pertes et de nos victoires ; les Parthes sur le point de prendre les armes pour la querelle d'un faux Néron, les anciennes calamitez de l'Italie renouvellées ; quelques unes de ses villes englouties, d'autres couvertes de cendre ; Rome désolée par des incendies, ses temples brûlez, et le Capitole mesme, par la main de ses Citoyens: Les mystères des Dieux profanez, les moeurs corrompues, la mer pleine d'exils, les isles de sang, la ville de meurtres : Tout ce qu'il y a de grand parmi les hommes, devenu funeste, les biens, les honneurs, la naissance, mais principalement la vertu : Les récompenses des criminels plus insupportables que leurs propres crimes : Les uns remporter pour dépouilles les dignitez du Sacerdoce et du Consulat, les autres l'intendance des Provinces et la feveur du Cabinet. Enfin tout bouleversé et confondu, les esclaves trahir leurs maîtres, les affranchis leurs patrons, les amis leurs propres amis. On ne laisse pas de voir briller de grandes clartez parmi ces ténèbres. Les mères accom-

�� �