Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


I I 8 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

tement, qui se penchaient avec attention pour suivre ses déductions, Lévy se dirigeait vers l'Hôtel de Ville. Toute la foule refluait avec eux vers le faux Renaissance second Empire du monument public.

Abraham Davidow^itsch regarda la pendule gouverne- mentale ; et dans une langue irréprochable, un peu lente, il dit :

— '* Sept heures trois quarts, les scrutateurs achèvent le dépouillement. Les nouvelles des sections sont excel- lentes. "

Très allumé, le vieillard agrippa le Voyageur par la manche.

— " Je vais manger un morceau avant le résultat. Et je préviens Sarah que vous déjeûnez demain avec nous, n'est-ce pas ? n'est-ce pas ? "

Loubatié serra évasivement la main du fourreur. Il avait hâte de se perdre dans le public pour réfléchir à son aise. A huit heures la municipalité réactionnaire était balayée de l'Hôtel de Ville par deux mille voix de majo- rité. Et comme le Voyageur, flatté dans ses instincts démocratiques, levait le nez, ébahi, vers les fenêtres éclairées du bâtiment communal, une voix un peu humble lui parvint distinctement à travers les braillements de la foule :

— " Quelle différence avec quatre-vingt-dix-huit, Monsieur Valentin ! Mais, voyez-vous, si nous étions partis, il nous aurait fallu faire ailleurs ce que nous avons fait ici. "

Indigné, Loubatié perdit toute mesure ; il ne daigna pas honorer l'Homme d'un regard :

�� �