Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


LivY lOI

Ourse sans analogie avec aucune autre, s'inclinait devant lui, à portée de la main. Le scintillement anormal d'une des roues d'arrière reposait sur une découpure de lichen, minutieuse comme un jeu d'ombres. La fraîcheur circulait silencieusement dans la nuit.

Il prêta l'oreille. Ses artères battaient follement. Une nappe de sang en révolution s'étendait entre lui et le monde extérieur.

Il respira à pleines bouffées et comprima les mouve- ments de son cœur. En même temps le grotesque de sa situation l'envahissait. Il éprouva le besoin impérieux de pleurer, à force de fatigue et de honte. Enfin le tonnerre de ses tympans s'atténua. Rien. Il écouta mieux. Rien.

Il se retourna. Derrière lui, un mur gris bleu, sous le reflet de la nuit, et silencieux. A y regarder mieux, le bâtiment faisait un angle rentrant, et sur chaque face il y avait une fenêtre. L'une des deux était barrée de volets pleins. L'autre, béante, s'ouvrait sur du noir.

Il marcha vers elle. Le verre crissait sous ses semelles. Il en atteignit le battant. Des débris de vitres churent avec bruit.

Alors une faible lueur bleue, comme un point de nuit un peu plus colorés se promena lentement à hauteur de sa face, dans ce qui devait être l'intérieur de la pièce. Il aurait pu l'atteindre en allongeant le bras. Il le contempla stupidement.

Ce point bleu hésita, puis se fixa sur un objet que Loubatié ne distingua pas. Mais il entendait à présent très nettement un souffle un peu précipité. Il toussa. Rien ne répondit. Le point bleu se transforma progressivement en une petite flamme jaunâtre qui vacilla, et finalement

�� �