Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'otage 9^^

SYGNE. — Je le ferai porter dans votre voiture.

LE BARON TURELURE. — Et qu'arrive- rait-il, je me le demande, si j'en cueillais moi-même quelques tomes ?

SYGNE. — Le poids des Conciles est trop lourd pour un préfet boiteux.

LE BARON TURELURE, se retournant vive- ment et regardant Sygne en face. — Ce qui m'arrive- rait ? Une balle de plomb dans la tête,

Adressée par cette jolie main que voici. Vous avez certains bijoux dans ce petit secrétaire.

SYGNE. — Ils ne me sont pas inutiles.

LE BARON TURELURE. — A quoi bon faire une grande tache sur le parquet }

Et que feriez-vous de ce grand cadavre de misère de Dieu } Le mettriez-vous aussi dans ce tiroir avec vos autres petits secrets }

Je connais mieux que vous cette sainte maison et croyez que j'ai mis le chat à tous les trous.

SYGNE. — Toussaint Turelure, songez que je suis armée et ne m'induisez pas en tentation.

LE BARON TURELURE. — Je m'en vais donc et vous laisse à vos réflexions.

�� �