Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


888 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

de créer un monde." C'est ce que M. Baruzi appelle "l' énergie plastique", centre et principe du monde et de l'individu. — Mais où la surprendre en action, cette "créatrice de formes"...? Dans l'idée pure ? Point. Dans la plus personnelle, la plus originale, la plus irréductible manifestation de l'être, dans la " sensation " — la sensation vive ". Car " la sensation faible garde un caractère presque abstrait " ; " c'est une sorte de chiffre à peine dessiné et que vite un autre chiffre efface. " Mais voici qu'elle s'amplifie : quelle " polj'^phonie " ! quel " faste " ! " Pour expliquer ce faste, c'est trop peu de noter le réveil d'images et d'idées que nous possédions déjà et qui de notre passé accourent. " " Nous ne sommes plus en face du même monde"; " elle nous avertit de l'univers ". " Une sensation de l'univers est incluse dans toute sensation vive. " Et donc, plus celle-ci sera " particulière ", plus elle sera "générale", selon une sorte de paradoxe intérieur. Dans cette dualité vont se créer en même temps, ici l'individu et là le monde, et " l'énergie plastique " explique l'homme et l'uni- vers, — Dès lors, le problème éternel de l'immortalité se pose indépendant de l'esprit et du corps : quelle durée, promettre à l'élément plastique? Hélas ! nos regards replongent au gouffre, et nous devons douter encore... — Peut-être serions-nous les maîtres de notre survie, si nous savions cultiver en nous- mêmes cette appétit de sensations neuves, ce désir de méta- morphose, en un mot cette " volonté de durer " qui se tient au centre de l'homme et ne devrait jamais fléchir ?...

Excusez la sécheresse d'un schéma par trop rétréci. Il ne saurait donner aucune idée de l'ampleur, de l'abondance, de la complexité d'un livre, qui satisfait pourtant comme un poème, par une sorte d'achèvement rythmique, de perfection dans les mots. Célébrant la " sensation " M. Baruzi s'est gardé de dessécher jamais son style ; il l'a tissu d'images et de cadences voluptueuses, pour que s'en propageât, l'accent à l'infini, en ondes concentriques. La doctrine même qu'il expose, le chant de son style en fait la preuve à chaque mot.

H. G.

�� �