Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 879

Et anxieux de Dieu auquel il ne peut croire, contre ses frères il en appelle aux " gros bons sens, âmes puériles, âmes grossières "

Vous qui avez des certitudes pour la défense de la " grande déesse menacée " la Raison.

Où aspires-tu, tête brûlante !

C'est sa dernière question. Le drame s'est élevé au dessus de " la race " : drame du libre penseur, de l'intellectuel, notre drame, à cette différence près que le monde trouve grâce devant nous.

J'aime cette poésie ardente, qui ne craint pas de nous sembler improvisée, qui répète les rj'thmes, qui répète les mots, qui se plie à l'actualité de la vie. J'aime l'âme qui la soutient et la présence constante du poète. — Or, quand il abandonne ses victimes à elles-mêmes, une sorte de calme vide nous surprend ; il manque une voix dans la salle ; et nous avons la grande Danse macabre qui conclut le volume : un trop facile amusement ! Mais sur cette erreur, il vaut mieux se taire...

H. G.

��DEUX LIVRES DE VOYAGE: LE LIVRE DE LA MÉDITERRANÉE par Louis Bertrand (Grasset) ; EN FLANANT DE MESSINE A CADIX par Eugène Montfort (Fayard)

Littérature descriptive ! quelle aura été ta fortune depuis le détestable exemple de l'inégalable Chateaubriand ! de quel pjoids mort auras-tu chargé nos bibliothèques, depuis un siècle que tout voyageur tient à s'affirmer romantique et tout roman- tique aussi voyageur. C'est chose assommante ou délicieuse qu'un récit de voyage. J'en signale deux aujourd'hui auxquels il nous est permis de nous plaire, bien qu'ils s'opposent l'un à l'autre de. tous points.

�� �