Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


HAUTES ET BASSES CLASSES EN ITALIE 869

mariés. Signor Ferdinando m'appela sa " carina sposina ". Je lui ris au nez ; mais quand il osa demander à m'em- brasser, je lui dis que, s'il le faisait, je vous le dirais. J'ai honte de penser à sa grossièreté. Le croiriez-vous ! j'étais à peine au lit qu'il a essayé d'ouvrir la porte de ma chambre. Mais, avant de monter, maman m'avait dit ce que j'avais à faire, et je le fis. L'oncle s'est aussi mal conduit que lui ; mais l'oncle n'est pas toujours sobre ; Signor Ferdinando l'est toujours, lui. L'oncle était le plus violent et le plus bruyant des deux. Ils vont être bien honteux, quand ils descendront déjeûner. Je vais les gronder.

Annina Sapina, qui emmène sa petite fille à l'hôpital,

vous portera cette lettre. Je lui ai donné une crazia ; ^

je n'en avais qu'une seule. Si vous en avez une, donnez

la lui, je vous en prie, car elle est pauvre et très bonne.

Je suis, cher Odoardo, mon vrai Sposo,

votre Serena pour toujours.

M. Edward Talboys au Révérend William Talboys.

Mon cher père

Que votre généreux cœur n'ait plus d'inquiétude à mon sujet. Il n'est plus question de mariage pour moi.

Connaissant bien votre délicatesse, je n'ai pas besoin de voiis demander de ne jamais aborder ce sujet, et j'aurais voulu avoir le mérite de cesser d'y penser sur vos ordres. Et pourtant, l'objet de mon choix est innocent et vertueux ; le peu qu'elle pense est pensé noblement.

' Monnaie de Toscane valant sept centimes. (N. trad.)

�� �