Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


828 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

XVI

Ceux qui sont vieux dans le pays le plus tôt sont levés

à pousser le volet et regarder le ciel, la mer qui change de couleur

et les ileSy disant: la journée sera belle si Von en juge par cette aube.

Aussitôt c^est le jour ! et la tôle des toits s'allume dans la transe, et la rade est livrée au malaise, et le ciel h la verve, et je m'élance dans la veille !

La mer, entre les passes, est rouge de luxure ; son plaisir est matière à débattre, on Fa eu pour un lot de bracelets de cuivre.

Des enfants courent au rivage, portant leurs cils comme des ombrelles ; des chevaux courent au rivage ; et le nageur

a une jambe en eau tiède et Vautre dans un courant frais ; et les gomphrénes, les ramies

Vacalyphe h fleurs vertes et ces

piléas cespiteuses qui sont

la barbe des vieux murs

s affolent sur les toits, au rebord des gouttières, car un vent, le plus frais de Vannée, se lève, aux bassins d'îles qui bleuissent, et déferlant aux cayes plates, nos maisons, coule au sein du vieillard

par le havre de toile jusqu'au lieu plein de crin entre les deux mamelles :

�� �