Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


8o6 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

tête et s'écria : " Il y a des longueurs, il y a des longueurs. " Je lui dis en riant que je le voyais bien, et que j'abrégerais la nouvelle édition ". Cette anecdote, contée d'un esprit qui se souve- nait du dix-huitième et qui n'abandonna jamais Chateaubriand, prouve que le cheval ne fut point de toutes les visites, à moins que ce soit en amazone que M"^ de Vintimille ait mené son ami à l'abbé Morellet.

Un autre grand écrivain nous a confié dans le détail ses visites, ou du moins a-t-il permis à son exécuteur testamentaire de publier quelques frag- ments de la relation qu'il en écrivit. Le dialogue dans l'antichambre entre l'impétrant Alfred de Vigny et Royer-Collard " qui ne lit rien de ce qui s'écrit depuis trente ans " est devenu célèbre. Si célèbre même qu'il a éclipsé le touchant tableau de la vieillesse de Baour-Lormian, aveugle, oublié, mais qui a encore le sourire " plein de douceur et de cette naïveté enfantine qui n'appartient peut- être qu'aux poètes ", et cependant Vigny y place en traits inoubliables ses réflexions ordinaires et pessimistes sur la condition des gens de lettres qui n'ont compté que sur elles pour les besoins de leur vie. Je crois qu'on se souvient peu que Chateaubriand figure parmi les académiciens solli- cités. Le récit a ce ton de grandeur si naturel à Vigny, et si remarquable parce qu'il n'est point soutenu de ces termes grandiloquents qui n'en

�� �