Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


784 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

qu'elles viennent s'aplatir. Et nous voici gênés de leur mollesse si infailliblement mal appliquée. Décidément, Monsieur Péla- dan, nous n'avons pas mérité que vous vous attachiez à nous pour si longuement nous si peu contenter.

Heureusement voici l'explication de notre malaise : " On a divisé l'enseignement transcendantal en trois degrés, et la matière transcendantale n'en a qu'un. Voilà pourquoi on ne satisfait certains esprits qu'en scandalisant d'autres enten- dements : et cela ne tient pas à l'auteur, mais au sujet qui se présente à chacun selon son prisme individuel. " Certains esprits. Mais où sont les esprits satisfaits ?

  • *

M. Vildrac qui est un poète humain et chaleureux, parlant dans Paris-Journal (10 Avril) du Relèvement du Théâtre, cite comme un symptôme réconfortant le succès de l'Oiseau Bleu, qui " a pu grouper des spectateurs enthousiastes dans un théâtre peu habitué aux manisfestations artistiques". Est-ce donc à ce symbolisme prétentieux et factice que l'on aspire ? et sufïit-il de dire généralisation pour dire beauté ? Idéal inquiétant, à mesure qu'il se précise ! Il faudrait cependant s'entendre sur les conditions du " tragique " !

��A l'occasion du bi-centenaire de sa mort, les Guêpes consa- crent à Boileau un numéro d'où nous extrayons les deux lettres suivantes :

" Mon cher camarade, vous allez me faire relire Boileau. Je ne pense peut-être pas assez souvent à ce bon Français, à ce digne aïeul toujours vert. Bon pied, bon œil, et je ne puis croire à cette fâcheuse histoire des dindons... Boileau met un ordre excellent dans ses idées, mais pour celles-ci, je l'avoue, j'éprouve plus d'estime que d'amour.

Hélas ! je me sentirai toujours d'avoir gravement, durement,

�� �