Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


70 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Il faut comprendre pour juger. Ah, c'était du sang que j'avais dans les veines et du sec !

Pas ce pâle jus de citrouille, mais de l'eau-de- vie bouillante telle qu'elle sort de l'alambic et de la poudre à canon,

Plein de colère, plein d'idées, et le cœur sec comme une pierre à fusil 1

Puis ce biscaïen qui m'a cassé la patte m'a fait comprendre bien des choses.

Ces bons religieux ! Ma foi, je ne leur en veux pas, et les voilà grâce à moi qui entrent dans la gloire et le calendrier.

Ni plus ni moins que Saint Eloi et Saint Stapin qui guérit le mal au ventre dont on voit les images au mur chez le maréchal et le sabotier,

Eclairés tout-à-coup par la flamme qui jaillit sous le soufflet, par le feu d'une pipe qu'on allume avec un brin de fagot.

Cela vaut mieux que de faire bêtement son salut en mangeant des épinards à l'huile de noix 1 (Quelle saleté !)

— Et je vois encore notre précenteur quand il montait au lutrin.

Le sceptre au poing, ruisselant d'or, pareil au Dieu Apollon, et marchant dans sa majesté.

Et moi j'aurai ma place dans la légende comme le bon préfet Olibrius.

Voilà ! Ils reposent tous maintenant le long du mur entre les potirons et les artichauts de Jérusalem.

�� �