Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'otage 67

Et me voilà, gardant à la fois l'amour de l'ordre et l'instinct de la précaution,

(Il aspire Vair légèrement)

Avec le nez du chien de chasse qui reconnaît son gibier.

SYGNE. — Monsieur le préfet, c'est donc en partie de police que vous êtes venu chez moi aujourd'hui ?

LE BARON TURELURE. — Quelle hor- reur ! Est-ce qu'on entend rien de fâcheux de Coû- fontaine ?

Tout est calme dans vos bois comme au temps des moines.

Pas de diligences culbutées, pas d'histoires de réfractaires. On dirait que votre présence est une protection pour le pays.

(Il clôt un œil)

Evidemment cette tournée n'est qu'un prétexte. On ne peut rien vous cacher.

Mais ce que j'ai à vous dire est diablement pointilleux. Laissez-moi le temps d'amener cela. Comment dire ? C'est une espèce de conseil, quoi, que je viens vous demander.

Et je revois toujours avec sensibilité ces lieux où j'ai passé mes jeunes ans.

SYGNE. — Monsieur le Préfet,

�� �