Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


644 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

celles de Molière pour Tartufe : " Le théâtre représente une chambre ; il faut six chaises et un lustre". — " L'exactitude dans la représentation de l'objet inanimé, disait Chateaubriand, annonce la décadence... On se contente de petites beautés quand on est impuissant aux grandes ; on imite, à tromper l'œil, des fauteuils et du velours, quand on ne peut plus peindre la physionomie de l'homme assis sur ce velours et dans ces fauteuils".

��La Petite Gazette Aptêsienne poursuit le cours de ses entre- tiens avec Auzias ; on y lit d'intéressantes réflexions sur le théâtre contemporain, exprimées en un ferme langage :

" — Nos puissants dramaturges, reprit-il, sont actuellement tout aussi incapables de produire une bonne comédie qu'une tragédie véritable. Ils ne sont pas dépourvus de savoir-faire ; mais ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Ils ne discernent pas le vrai du faux, ni ce qui est bas de ce qui est élevé... Aujourd'hui, que tout est à l'envers, la déraison et la sottise régnent sur nos Théâtres. La vertu n'y est pas tournée en dérision, mais elle y est remplacée par des ombres qui se revêtent de son apparence. Ce ne sont que catins sublimes, héroïques escrocs, débauchés pathétiques. Tout ce qui est abject et misérable devient grand et magnifique... Ils saisissent un certain côté de la réalité des choses ; le succès de leur affaire en témoigne ; mais ils ne sont pas assez intelligents pour s'élever et se maintenir au point de vue qu'il faut pour avoir toujours raison, ce qui est plus nécessaire encore dans le genre dramatique que dans les autres genres...

��Dans les Marches de l'Est, un article sur Nietzsche et la culture française de M. René Lauret, un Racine de M. G. Grappe et une intéressante note de Dumont-Wilden sur le Flamingantisme et l'Université de Gand. Il ne s'agit de rien moins que de transformer l'Université de Gand en université

�� �