Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRES DE CHARLES-LOUIS PHILIPPE 599

le Hasard avec abondance. Je fais des rencontres, j'apprends des faits. Je suis allé dernièrement à l'Hôpital de Lourcine et j'en ai vu, et j'en au vu, des vieilles et des jeunes. Des syphilis de haut en bas, et les complications sans nombre qui résultent de la noce. Il y a bien de la misère au monde, et je suis porté à maudire tous les riches, tous les heureux qui n'ont pas travaillé pour mériter le bonheur. Il faut travailler, mon bon vieux, il faut que notre pain soit le fruit de notre travail. Les rentiers, les feignants et les noceurs sont les der- niers des hommes et c'est leur paresse qui entre- tient la misère des malheureux. Nous devrions nous pénétrer de ces idées-là et les exprimer. Je ne rougirai jamais de mes vêtements de travail qui ont une noblesse que ne possède pas l'habit élégant de nos riches confrères.

A quoi travailles-tu, maintenant ? Détails, dé- tails. Je continue mon bouquin et mon gosse vient d'avoir douze ans. Nous le soignerons jusqu'à dix-huit et puis nous l'abandonnerons aux événe- ments de ce monde.

�� �