Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



J'aime à voir reflétés dans les vasques pensives
Vos ciels qui n'ont jamais de teintes excessives,
        Vos ciels ni trop bleus, ni trop gris.
Où les nuages doux qui glissent en silence,
Sachant la vanité de toute violence,
        Vont selon le chemin prescrit.

Paysages amis, si les sonnets me plaisent
C'est que ce sont un peu des parcs à la française
        Passionnés et réfléchis
Et je n'ai pas besoin des fontaines complices
Pour retrouver en vous comme un nouveau Narcisse
        Mon propre reflet réfléchi.

Paysages si fins et si clairs où je passe
Vous êtes le miroir persistant de ma race
        Et vos conseils m’ont fait savoir
Qu’entre les Vérités qu’on rencontre au passage
La Vérité Française a le plus beau visage
        Et que l'Orgueil est un devoir !