Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


II

AUX PAYSAGES DE FRANCE

Pour M. Adrien Mithouard.

Paysages français sans fièvre et sans emphase
Je voudrais infléchir le contour de mes phrases
       Selon vos coteaux modérés ;
Je voudrais que parmi mes chansons incertaines
Passe l'écho précis et vif de vos fontaines
       Sans rien qui soit exaspéré.

Je voudrais que l'odeur de la terre mouillée,
Cette odeur de vanille et de feuilles rouillées
       Qui lorsque la pluie a pris fin
Monte le long des chemins creux qu’elle parfume
S’élève aussi des mots qui tombent de ma plume
       Et leur donne un arôme sain.

Paysages français de grâce et de mesure
Je suis semblable au trèfle, à la flouve, à la mûre
       À la glycine, au pampre mol :
J’ai besoin du conseil constant de vos collines
Et la sève qu'il faut pour nourrir mes racines
       Ne se trouve qu’en votre sol.