Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Derrière les persiennes closes,
On sait qu'il est un salon frais
Avec un grand fauteuil auprès
De rideaux de cretonne rose.

L'ombre n'a que notre dédain :
Midi dans l’air dansant qui sonne
Nous fascine et nous emprisonne ;
Midi règne dans le jardin.

Un rayon de soleil irise
Le jet d’eau fin qui retombait ;
Tout désir fond comme un sorbet...
Tout souvenir se subtilise...

On ne sait plus, on ne sait pas.
C’est la fin de toute énergie ;
Toute l'ombre se réfugie
Sous les feuilles du catalpa.

Petites fleurs des plates-bandes
C’est un Dimanche et c’est midi !
Écoutez la voix qui vous dit
La naissance de Mélisande !