Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


SUR LE " TRISTAN ET ISOLDE " 33

plus en plus instant de la mémoire et comme la délivrance de découvrir enfin ténébreuse, infinie, chargée de mort et de joie la parole tant désirée. Les dernières mesures de Tristan expriment le déploiement immense du désespoir. Jamais il n'y eut avènement plus sombre, plus triomphale entrée dans le néant.

La musique de Tristan^ aussi longtemps qu'elle dure, occupe mon corps ainsi qu'une flamme noire, elle le rend transparent aux ondes mortelles qui errent à l'entour , elle le traverse comme la des- truction.

Jacques Rivière.

�� �