Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


ISABELLE 303

m'éclairer le détour de cette ténébreuse histoire où m'achemine déjà moins de curiosité que d'amour.

Après le café, la cigarette que j'offrais à l'abbé servait de prétexte au dialogue ; pour ne point incommoder la baronne, nous allions fumer dans l'orangerie.

— Je croyais que vous ne deviez rester ici que huit jours, commença- t-il sur un ton d'ironie.

— Je comptais sans l'amabilité de nos hôtes.

— Alors, les documents de Monsieur Floche.... ?

— Assimilés.... Mais j'ai trouvé de quoi m'occuper davantage.

J'attendais une interrogation ; rien ne vint.

— Vous devez connaître dans les coins le double fond de ce château, repartis-je impatiemment.

Il ouvrit de grands yeux, plissa son front, prit un air de candeur stupide.

— Pourquoi Madame ou Mademoiselle de Saint- Auréol, la mère de votre élève, n'est-elle pas ici, près de nous, à partager ses soins entre son fils infirme et ses vieux parents ?

Pour mieux jouer l'étonnement il jeta sa cigarette et ouvrit les mains en parenthèses des deux côtés de son visage.

— Sans doute que ses occupations la retiennent ailleurs., marmonna-t-il. Quelle insidieuse question est-ce là ?

— En souhaitez- vous une plus précise : Qu'a fait Madame ou Mademoiselle de Saint-Auréol, la mère de votre élève, certaine nuit du 22 Octobre que devait venir l'enlever son amant ?

Il campa ses poings sur ses hanches :

— Eh là ! Eh là ! Monsieur le romancier — (par

�� �