Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


296 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

surpris de nouveau, ni dans les événements de chaque jour, ni dans les propos de mes hôtes; d'inanition déjà je sentais ma curiosité se mourir. Il faut donc renoncer à en découvrir davantage, pensais-je apprêtant de nouveau mon départ ; autour de moi tout se refuse à m'instruire ; l'abbé fait le muet depuis que j'ai laissé paraître combien ce qu'il sait m'intéresse ; à mesure que Casimir me marque plus de confiance, je me sens devant lui plus contraint ; je n'ose plus l'interroger et du reste je connais à présent tout ce qu'il aurait à me dire : rien de plus que le jour où il me montrait le portrait.

Si pourtant : l'enfant innocemment m'avait appris le prénom de sa mère. Sans doute j'étais fou de m'exalter ainsi sur une flatteuse image vraisemblablement vieille de plus de quinze ans ; et si même Isabelle de Saint-Auréol, durant mon séjour à la Quartfourche, risquait une de ces fugitives apparitions dont je savais à présent qu'elle était coutumière, sans doute je ne pourrais, n'oserais me trouver sur son passage. N'importe ! ma pensée soudain tout occu- pée d'elle échappait à l'ennui ; ces derniers jours avaient fui d'une fuite ailée et je m'étonnais que s'achevât déjà cette semaine. Il n'avait pas été question que je restasse plus longtemps chez les Floche et mon travail ne m'offrait plus aucune raison de m'attarder, mais, ce dernier matin encore, je parcourais le parc que l'automne rendait plus vaste et sonore, appelant à demi voix, puis à voix plus

haute : Isabelle ! et ce nom qui m'avait déplu tout

d'abord, se revêtait à présent pour moi d'élégance, se pénétrait d'un charme clandestin.... Isabelle de Saint- Auréol ! Isabelle ! J'imaginais sa robe blanche fuir au détour de chaque allée ; à travers l'inconstant feuillage,

�� �