Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


POÈMES 257

ESTAMPE

A M. Oyaki.

Au firmament a peine nocturne

Palpite a V entour de la lune

Un long vol suspendu^

Il ondule

Au souffle de Vair... Et réunissant

Toutes ses ailes

Se met en touffe de plumes

Sur la lune. . .

C'est une plage d' argent pâle

Aérienne — En regard du couchant.

�� �