Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


234 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

bond devant lui. — Deuxième coup. — ha scène s'est remplie de fumée. Quand elle se dissipe on voit Sygne étendue par terre dans une mare de sang. — Troisième coup. — Ture- lure enjambe rapidement le corps et se hâte vers la fenêtre. On le voit derrière les vitres cassées qui se penche vers le sol^ puis s éloigne^ comme tirant derrière lui un fardeau quon ne voit pas.

Pause.

Rentre Turelure. Quelques serviteurs ont pénétré dans la pièce)

TURELURE, d'une voix de commandement. — La baronne est blessée. Un accident déplorable s'est produit. Qu'on lui dresse un lit sur cette table. Le médecin, l'abbé Badilon !

Quant à moi les affaires de l'Etat m'occupent.

(Il sort)

(Le rideau tombe et reste baissé pendant quelques moments)

SCÈNE IV

(La même pièce au coucher du soleil. Il fait presque nutU SYGNE étendue sur une grande table dans un coin de la pièce. MONSIEUR BADILON est auprès d'elle. Un flambeau unique brûle dans un grand chandelier d'argent)

�� �