Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


L OTAGE 233

Et dites que je me mets à ses pieds.

(Sort Monsieur Lafleur)

(Il sonne. — Entrent deux autres estafettes)

Ces papiers à Messieurs Dalberg et Talleyrand, Et dites que le rendez-vous est ce soir même ici.

(Elles sortent)

(Il sonne. — Entre un Officier)

TURELURE, se redressant. — Monsieur, quand trois heures sonneront, dites que l'on amène le drapeau.

(Sort r officier)

Voici beaucoup de besogne en peu de temps.

(Il reste debout et poitrinant comme au port d'armes^ la tête droite ^ les bras allongés le long du corps., les mains recourbées en arrière. — n horloge grince longuement et va sonner)

TURELURE. — L'heure sonne.

(A ce moment Coûfontaine apparaît derrière la fenêtre. — Premier coup de r heure. — Turelure s'est armé aussitôt. Deux détonations retentissent en même temps. Sygne s' est jetée d^un

�� �