Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'otage 225

manquement qui est fait à Tamour vrai, Dieu lui-même ne peut le réparer.

Il ne le peut pas, quand il créerait de nouveaux deux et une nouvelle terre !

Jouis de ton Dieu et moi je t'exclus de mon cœur.

Est-ce que j'avais un paradis à attendre après cette vie ?

Ou suis-je comme ces gens d'aujourd'hui qui se payent d'idées et de mots sans nulle substance ?

Ma part était avec les hommes vivants. Ma société était le partage d'un cœur d'homme et non d'aucune idée. Mon partage était avec mes com- pagnons, ma foi et mon espérance, et mon cœur dans un cœur fait comme le mien.

Et toi, à cette dernière heure de ma vie, tu me renies solennellement, comme un Juif qui déchire son vêtement du haut en bas.

— N'agite pas ainsi la tête.

SYGNE. — Mon humiliation est trop grande. Hélas, il n'y a plus de douleur pour moi et mon âme en est avide ainsi qu'une terre altérée.

Je suis séparée des larmes.

Il n'y a plus de douleur possible et toute souf- france qui s'ajoute aux autres est pour moi comme une consolation.

GEORGES. — Et moi, que me faut-il faire ?

4

�� �