Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'otage 223

SYGNE, — Ce serment du moins est intact que j'ai fait à mon baptême.

GEORGES. — Il ne fallait donc pas en faire d'autre.

SYGNE. — Mais par quoi jure-t-on que par Dieu ?

GEORGES. — Dieu a beaucoup d'amis et je n'avais qu'un seul agneau.

SYGNE. — J'ai sauvé le Père des hommes.

GEORGES. — Et tu as perdu ton frère.

SYGNE. — Sois donc mon juge, je l'accepte.

GEORGES. — Dieu est ton juge et je suis appelant à son tribunal, et cette loi qu'il a faite, Lui-même ne peut l'altérer.

Et je te citerai à produire mon gant, car ce qui est une fois donné.

Ne peut être retiré sur la terre et dans les cieux.

SYGNE. — Je ne crains rien de Dieu et le Seigneur ne peut plus me déposer,

Car ce qui est assis sur la terre, il n'y a pas de place plus basse.

Et je n'en demande pas de plus haute.

�� �