Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


2l8 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

GEORGES. — Il y a une chose plus triste à perdre que la vie, c'est la raison de vivre,

Plus triste que de perdre ses biens, c'est de perdre son espérance.

Plus amère que d'être déçu, et c'est d'être exaucé.

SYGNE. — Voici le Roi sur son trône.

GEORGES. — L'appelez-vous le Roi ? Pour moi je ne vois qu'un Turelure couronné.

Un préfet en chef administrant pour la commo- dité générale, constitutionnel, assermenté.

Et que l'on congédie, le jour qu'on en est las.

SYGNE. — Mais pour nous du moins, il est ;

Il est le Roi encore, par ce grand sacrifice que nous allons lui faire.

Et si le Seigneur périt, que ce ne soit pas avant son vassal.

GEORGES. — Vous parlez de ce que Ture- lure me demande ?

SYGNE. — Oui.

GEORGES. — Abandon général et transport à Turelure de tous mes droits, titres et possessions.

Et réposition après ma mort de tous mes droits sur cet hoir que vous m'avez fait.

�� �